Accueil | Graphothérapie clinique | Journées et formations | Documents | Bibliographie | Liens | Contacts

Graphothérapie clinique

Présentation

Historique

Les premières recherches sur les enfants en difficulté avec l’écriture ont commencé dans les années soixante avec le Professeur Julian de Ajuriaguerra et le Professeur René Diatkine au Centre Henri Rousselle de l’Hôpital Sainte-Anne à Paris. Leur service recevait alors des enfants présentant des troubles des apprentissages scolaires, des troubles du langage et de la motricité. Avec l’aide d’une équipe constituée essentiellement de médecins et de psychologues, ils mettaient en place les innovations cliniques et thérapeutiques en matière de psychopathologie de l’enfant d’où sont issues, entre autre, les premières écoles d’orthophonie et de psychomotricité. Mais déjà un trouble paraissait à tous mériter un intérêt particulier, car il n’entrait pas dans la catégorie des troubles orthophoniques ou psychomoteurs, c’était la difficulté que présentent certains enfants dans la transcription de l’écriture.

L’approche thérapeutique de ces enfants en difficulté avec l’écriture s’est d’emblée inspirée des travaux qui étaient en cours à l’époque sur la relaxation thérapeutique. Une première mise en forme originale d’un cadre thérapeutique a été l’oeuvre de M. Auzias dans les années 1960-1970. Ce cadre a continué à être travaillé et élaboré dans sa forme actuelle dans le Service, autour de Marie-Alice Du Pasquier, psychologue. Il convient de rappeler que c’est le professeur René Diatkine qui avait originellement proposé pour cette approche thérapeutique le terme de «graphothérapie», devenu par la suite «graphothérapie clinique».

Cette thérapie s’étaye sur un travail de relaxation thérapeutique, qui prend en compte l’engagement du corps dans l’acte d’écrire. Le travail s’organise autour de grands tracés qui ne sont ni du dessin ni de l’écriture, à l’occasion desquels le sujet élabore, à partir d’un travail sur ses tensions corporelles, les problématiques auxquelles le confronte l’acte de laisser une trace de lui à travers l’écriture.

Une Formation de «Graphothérapeutes Cliniciens», s’adressant à des thérapeutes de l’enfance, s’est mise en place à l’Hôpital Sainte-Anne, aboutissant à la création d’un groupement professionnel, le Groupement Professionnel International des Graphothérapeutes Cliniciens : le GPIGC.

Le GPIGC est un syndicat professionnel réunissant des spécialistes en graphothérapie clinique.

Le GPIGC organise des Journées d’étude, des Séminaires, et assure à ses membres une formation continue.

Son siège est situé à l’Hôpital Sainte-Anne à Paris : GPIGC, Groupement Professionnel International des Graphothérapeutes cliniciens, Centre Hospitalier Sainte-Anne, Service de Psychologie et Psychiatrie de l’enfant et l’adolescent, 1 rue Cabanis, 75014 Paris (contact@graphotherapie.org).


AEGC, Association pour l’Enseignement de la Graphothérapie Clinique

Centre hospitalier Sainte-Anne, Service de psychologie et de psychiatrie de l’enfant et l’adolescent
1 rue Cabanis, 75014 Paris
contact@graphotherapie.org