Graphothérapie clinique | Journées et formations | Documents | Bibliographie | Liens | Contacts

La graphothérapie clinique

La graphothérapie clinique : pour qui ?

La graphothérapie clinique s’adresse à tous ceux qui souffrent de «mal écrire» ou souffrent en écrivant : enfants, adolescents, adultes présentant des difficultés dans leur relation à l’écriture se traduisant par une écriture désordonnée ou illisible ou trop lente, et, dans tous les cas, source de désagréments variés.

Être en difficulté avec l’écriture, ce n’est pas une tare, ce n’est pas une maladie, ce n’est pas un handicap. Et cela n’a pas d’âge.

Aucun trouble «instrumental» ne peut en être directement la cause.

On peut «mal écrire» et n’avoir aucun problème pour dessiner, pour jouer du piano, pour être performant en sport, pour bricoler. Il ne s’agit donc pas de maladresse.

On peut mal écrire et avoir un excellent langage, aimer lire, voire, même aimer rédiger par écrit. Mais on peut aussi être avare d’écriture et préférer la relation orale.

On peut mal écrire et être très brillant intellectuellement, mais tout autant ne pas être porté sur la réussite scolaire; être rêveur, peu enclin à accepter les contraintes; solitaire ou très convivial; discret ou explosif; et être aussi bien exaspérant que très séduisant : il n’existe pas de portrait-type de celui qui a du mal à bien écrire; il n’existe pas de catalogue de troubles associés ou directement explicatifs.

Pourquoi alors ne pas arriver à cette chose qui parait si simple : écrire suffisamment bien pour être suffisamment lisible, suffisamment rapide et suffisamment à l’aise ?

C’est autour de cette interrogation qu’une équipe de chercheurs, médecins, psychologues etc. ont réuni leur compétence depuis de très longues années, puisque les premières recherches sur les troubles de l’écriture ont eu lieu dans les années 1960, dans une consultation d’enfants en difficultés scolaires de toutes sortes, à l’Hôpital Henri Rousselle- Hôpital Sainte-Anne à Paris.

Ces études ont bien montré que la difficulté à écrire peut exister indépendamment de toute perturbation concernant le langage oral ou écrit, et indépendamment de troubles praxiques ou de l’orientation spatiale ou de la motricité, et qu’il est important de savoir l’isoler des autres troubles du langage écrit concernant particulièrement la lecture et l’orthographe.

En revanche il est apparu que chez ces sujets, le malaise corporel est toujours présent au moment de l’écriture, sous forme de tension ou de crispations, à des degrés divers et plus ou moins visibles, plus ou moins facilement repérables. Une consultation par un clinicien spécialisé s’avère donc toujours nécessaire pour identifier la difficulté.

Une thérapeutique très spécifique, adaptée à ce type de trouble, a été progressivement élaborée : la «graphothérapie clinique».

AEGC, Association pour l’Enseignement de la Graphothérapie Clinique

Centre hospitalier Sainte-Anne, Service de psychologie et de psychiatrie de l’enfant et l’adolescent
1 rue Cabanis, 75014 Paris
contact@graphotherapie.org