Accueil | Graphothérapie clinique | Journées et formations | Documents | Bibliographie | Liens | Contacts

GPIGC

Présentation

Historique

Historique

Un travail autour des enfants en difficulté avec l’écriture avait fait l’objet d’une première approche, dans les années soixante, par le Pr Julian de Ajuriaguerra et le Pr René Diatkine. A cette époque J. de Ajuriaguerra dirigeait le service d’enfants de l’Hôpital Henri Rousselle à Sainte-Anne à Paris et mettait en place, avec l’étroite collaboration de René Diatkine et une équipe constituée de médecins et de psychologues, les premières innovations cliniques et thérapeutiques en matière de psychopathologie de l’enfant d’où sont issues, entre autre, les premières écoles d’orthophonie et de psychomotricité. Le service recevait alors des enfants présentant essentiellement des troubles de l’apprentissage. Mais déjà J. de Ajuriaguerra avait porté sa réflexion, avec d’autres, sur un trouble qui lui paraissait mériter un intérêt particulier, et qui selon lui ne rentrait pas dans la catégorie des troubles orthophoniques ou psychomoteurs, à savoir la difficulté que présentent certains enfants avec l’écriture, écriture prise là dans son acception graphique.

Une autre recherche était menée parallèlement, autour de la psychothérapie de relaxation, recherche qui s’est orientée progressivement dans un sens de plus en plus psychanalytique avec des membres de la Société Psychanalytique de Paris et qui concernait plutôt les patients présentant des désordres psychosomatiques, des états-limites etc... L’approche des troubles de l’écriture complètement appuyée au départ sur les travaux en cours autour de la relaxation a fait l’objet d’une première mise en forme d’un cadre thérapeutique original par M. Auzias. Les recherches sur ce plan se sont poursuivies dans le service, mettant de plus en plus l’accent sur la spécificité de cette approche thérapeutique dans sa valence psychothérapique répondant au fonctionnement psychique très spécifique de ses enfants. Et c’est René Diatkine qui, poursuivant pour sa part au Centre Alfred Binet le travail commencé à l’Hopital Sainte-Anne, avait proposé, pour désigner cette approche thérapeutique spécifique des troubles de l’écriture, le terme de «graphothérapie».


AEGC, Association pour l’Enseignement de la Graphothérapie Clinique

Centre hospitalier Sainte-Anne, Service de psychologie et de psychiatrie de l’enfant et l’adolescent
1 rue Cabanis, 75014 Paris
contact@graphotherapie.org