Accueil | Graphothérapie clinique | Journées et formations | Documents | Bibliographie | Liens | Contacts

Documents

Écriture et graphisme

Des premières traces jusqu’à l’écriture

Du dessin à l’écriture : le passage

L’enfant qui écrit mal

Écrire, mal écrire

La graphothérapie clinique

La graphothérapie clinique

Les références théoriques sur lesquelles s’appuie le travail thérapeutique prennent en compte la qualité psychosomatique du trouble révélée par la crampe et la tension.

Le cadre thérapeutique qui a été mis en place est en cohérence, dans toutes ses particularités, avec l’organisation psychique de ces enfants.

La dynamique de la thérapie va évidemment prendre appui sur une relation transférentielle mais un transfert de type particulier où le corps a son importance.

Le fondement de ce travail est celui de la psychothérapie de relaxation avec ceci de spécifique qu’il porte sur le corps de l’enfant engagé dans des tracés qui se déploient sur une feuille. Ces tracés représentent un champ où se mettent en jeu les liens articulant corps, trace et regard.

L’écriture n’est jamais directement prise en compte. Le travail se situe sur un autre plan. La mobilisation psychique qu’il permet dynamise chez l’enfant un mouvement d’individuation dans lequel peut s’inscrire un rapport plus serein à l’écriture.

Écrire c’est parler avec quelqu’un qui n’est pas là comme s’il était là. Le but de la thérapie est d’amener l’enfant à être capable d’écrire «tranquillement» à l’autre absent comme s’il était là, devenir un enfant capable d’instaurer une distance «suffisamment bonne» entre soi et l’autre pour être en mesure d’avoir, non seulement un «interlocuteur», mais un «destinataire».

Marie-Alice Du Pasquier


AEGC, Association pour l’Enseignement de la Graphothérapie Clinique

Centre hospitalier Sainte-Anne, Service de psychologie et de psychiatrie de l’enfant et l’adolescent
1 rue Cabanis, 75014 Paris
contact@graphotherapie.org